Roland-Garros : Anne Hidalgo persiste et signe
Partager

Le Groupe écologiste de Paris (GEP) a appris hier par voie de presse la signature par la Maire de Paris des permis de construire autorisant la Fédération française de tennis à lancer les travaux d’extension de Roland Garros au détriment des Serres d’Auteuil.

Le Conseil de Paris a pourtant adopté le 28 mai dernier un vœu demandant au gouvernement de refuser toute autorisation de travaux avant la présentation en Conseil  d’une étude indépendante et neutre pour comparer le projet de la Fédération française de tennis (FFT) avec le projet alternatif de couverture de l’autoroute A13.

Ainsi, Anne Hidalgo choisit la voie du passage en force malgré l’opposition d’une majorité du Conseil de Paris, des riverains et des associations, les réserves de la commission des sites et de la ministre de l’écologie. « Tous les voyants sont au rouge dans ce projet contre lequel des recours sont déjà annoncés. On va détruire la biodiversité pour 2 semaines de sport business par an », déplore Yves Contassot, Conseiller de Paris écologiste. « À 6 mois de la COP 21, le Premier Ministre a joué dans ce dossier un rôle décisif qui laisse dubitatif quant à l’engagement réel de la France comme moteur d’une dynamique mondiale contre le dérèglement climatique », ajoute David Belliard, coprésident du Groupe écologiste de Paris.

Communiqués du groupe écologiste de Paris, du 10 juin 2015