Les écologistes obtiennent la préservation du TEP Ménilmontant !
Partager

Après 5 ans de mobilisation, les élu.e.s écologistes de Paris arrachent avec deux voix d’avance, malgré l’avis défavorable de la maire de Paris, la préservation du Terrain d’Education Physique (TEP) Ménilmontant.

« Depuis 5 ans, nous menons le combat pour stopper le projet de construction sur le TEP Ménilmontant », rappelle David Belliard, président du groupe écologiste de Paris. « Enfin nos efforts et notre mobilisation paient car nous avons longtemps été seul.e.s à lutter contre la densification, mais aujourd’hui c’est notre vision de la ville qui gagne ! »

Paris est l’une des villes les plus denses du monde, où le manque d’espaces verts se fait cruellement sentir. C’est un constat d’autant plus inquiétant qu’on connaît les innombrables bienfaits de la présence de nature sur un territoire. Les bénéfices sont sanitaires : plusieurs études montrent qu’ils augmentent le bien-être des habitant.e.s et ont des effets positifs sur la santé mentale. Évidemment ils offrent aussi de nombreux bénéfices environnementaux en accueillant une grande biodiversité, en conservant la fraîcheur – nécessaire avec l’augmentation du nombre de canicules – et en absorbant l’eau de pluie – primordial avec le risque de crues élevé à Paris.

Le dérèglement climatique nous oblige à repenser la ville, à avoir un engagement sans faille contre la surdensification de Paris. « Dans ce contexte, nous refusons de faire des espaces de respiration, comme l’est le TEP Ménilmontant, une variable d’ajustement », martèle Joëlle Morel, conseillère de Paris.  « Cette victoire aujourd’hui  est une grande avancée pour les habitant.e.s du 11ème, pour la biodiversité, et leur qualité de vie ! ».

Les élu.e.s écologistes resteront extrêmement vigilant.e.s sur les étapes à venir. Cette décision adoptée en Conseil de Paris ne doit pas rester un vœu pieu.

 

David Belliard, président du groupe écologiste de Paris

Joëlle Morel, conseillère de Paris, élue du 11ème arrondissement

 

Vidéo de l’intervention de Joëlle Morel au Conseil de Paris