Jeux Olympiques 2024 : une coûteuse illusion
Partager

Les élu-e-s du Groupe écologiste de Paris (GEP) ont exprimé lundi en Conseil de Paris leur opposition à une candidature de Paris à l’accueil des Jeux Olympiques 2024. Le 22 février dernier, ils avaient proposé un référendum populaire sur la question dans le JDD, idée soutenue désormais par 72% des Parisiens selon un sondage IFOP paru le 5 avril dernier.

« Il est irresponsable de partir bille en tête dans ce projet en prenant le risque de se rendre compte trop tard qu’il aurait été bon de s’assurer d’un large soutien et d’une évaluation rigoureuse des coûts et des bénéfices attendus.  », a regretté David Belliard, coprésident du GEP, en Conseil de Paris. « Nous ne pouvons pas soutenir le Comité International Olympique (CIO) qui a bafoué les droits humains à Pékin, accéléré la crise en Grèce et entraîné un désastre environnemental à Sotchi », ajoute l’élu du 11e arrondissement.

« Nous sommes ici en train d’envisager une candidature annoncée à 60 millions d’euros, plus probablement entre 60 et 100 millions d’euros, soit plus du double du budget d’investissement de la Ville de Paris dédié au sport (stades, gymnases, piscines), qui s’élève à 46 millions d’euros en 2015 », rappelle Anne Souyris, coprésidente du GEP. Pour l’élue du 10e, « ces dépenses apparaissent encore plus inacceptables au regard de l’exonération fiscale dont les grands événements sportifs  bénéficient désormais l’objet en France. Nous ne voyons pas quel sera le gain pour les Franciliennes et les Franciliens »

Même si c’est regrettable et en dépit de tout bon sens, Paris va ainsi être candidate à l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 avant même d’avoir organisé une grande consultation citoyenne. « Nous prenons acte de l’issue de ce vote même si nous la regrettons », déclare David Belliard. « Dans la période de pré-candidature qui s’ouvre, nous agirons de manière constructive pour aider à limiter au maximum l’impact écologique, économique et éthique de la candidature parisienne », ajoute Anne Souyris.
Communiqué du groupe écologiste de Paris (GEP) du 13 avril 2015

 

Retrouvez sur le site du Groupe écologiste de Paris :

–          L’intervention de David Belliard

–          L’intervention d’Anne Souyris