Interdiction de la manifestation de soutien à Gaza
Partager

Après examen approfondi de la situation hier après midi, il a été décidé de suivre la position du Collectif National pour une Paix Juste et Durable entre Israéliens et Palestiniens, dont EELV Ile de France est membre actif et où Jérôme Gleize nous représente. Le Collectif condamne la très grave atteinte à la liberté d’expression que constitue l’interdiction d’une manifestation de solidarité. Pour mémoire, ce collectif rassemble toutes les grandes organisations dont la Ligue des Droits de l’Homme, l’AFPS et les organisations de gauche.

La demande de manifestation de ce samedi a été déposée il y a quelques jours par le NPA et certaines associations, hors de la dynamique du Collectif National.

Nous n’avions déjà appelé à la manifestation aux Invalides de jeudi dernier sur nos propres mots d’ordre.

C’est ce même ensemble d’associations (dont la plupart sont parfaitement légitimes) qui a, via le NPA déposé la manifestation aujourd’hui interdite. Une dernière tentative a été faite hier par le Collectif National de redéposer une demande de manifestation unitaire pour ce samedi qui a été rejetée par le Préfet de police.

Cette interdiction de manifestation décidée au dernier moment fait courir le risque de troubles importants à l’ordre public. Ce conflit est suffisamment compliqué, la situation suffisamment tendue pour ne pas donner l’occasion de heurts inutiles et dangereux. Cette interdiction répond évidemment à une logique de billonnement de la solidarité avec les palestiniens et une intention de criminalisation les mouvements de solidarité avec la Palestine. Face à cette attitude de l’état, l’unité du mouvement est plus que jamais nécessaire.

C’est pourquoi EELV :

N’appelle pas ses militants à participer à la manifestation interdite de ce samedi ;
Leur demande de se préparer à participer massivement à la manifestation de mercredi appelée par le Collectif national ;
Demande aux élus EELV disponibles de se rendre cet après midi avec leurs écharpes, en observateurs, à la manifestation de cet après-midi (envoyer information de votre présence à Jacques Picard ou Michel Bock) ;
Propose à chacun de diffuser le plus largement possible ces deux communiqués : le communiqué  « Manifestation interdite / EELV pour la liberté d’expression et la mobilisation pacifique » et le communiqué du Collectif National pour une Paix Juste et Durable entre Israéliens et Palestiniens (ci-dessous)

*****************************************************************************************

Collectif National pour une Paix Juste et Durable entre Israéliens et Palestiniens

ATTEINTES A LA LIBERTE D’EXPRESSION

En interdisant la manifestation prévue le 19 juillet à Paris en faveur des droits du peuple palestinien notre gouvernement est-il en train d’inventer une exception française pour ce qui concerne la liberté d’expression ?
On peut le craindre lorsque l’on rapproche l’exploitation qui a été faite des incidents en marge de la manifestation du 13 juillet à Paris (dont la responsabilité incombe clairement à la Ligue de Défense Juive), les déclarations gouvernementales rapportées par la presse, et les interdictions ou tentatives des autorités administratives d’interdire les rassemblements ou manifestations à Nice, à Paris ou ailleurs, qui étaient appelés en réaction à l’agression israélienne contre la population de Gaza.
Faut-il le rappeler ? Nous ne tolérons pas, nous ne tolérerons jamais, que des paroles ou des actes antisémites dénaturent nos actions pour le droit international, pour les droits nationaux du peuple palestinien, contre la politique israélienne et les crimes commis par l’État d’Israël.
La loi française condamne et réprime les propos et les actes antisémites: c’est très bien ainsi. Mais tout ce qui va au-delà de la simple application de cette loi, sous couvert de lutte contre l’antisémitisme ou contre une supposée « importation du conflit israélo-palestinien en France », comme les circulaires Alliot-Marie/Mercier qui ne sont toujours pas abrogées, ou les limitations du droit de manifestation, constituent des atteintes insupportables à la liberté d’expression. La seule expression autorisée, dans l’avenir, serait-elle celle qui est formatée par les communiqués du gouvernement israélien, de son armée, de son ambassade en France et de ses relais habituels ? Il est inadmissible de s’abriter derrière de tels arguments pour empêcher des manifestations pacifiques demandant l’application du droit international et l’arrêt de bombardements sur une population civile.

Ceux qui se prétendent pompiers en proclamant vertueusement qu’ils ne veulent pas « importer le conflit israélo-palestinien en France » ne sont-ils pas les pires incendiaires lorsqu’ils confondent sciemment la lutte contre l’antisémitisme et le soutien à la politique criminelle de l’État d’Israël, ou lorsqu’ils cèdent aux pressions de Nétanyahou dans leur prise de position ?
Le Collectif National pour une Paix Juste et Durable entre Palestiniens et Israéliens * demande :
– l’application pleine et entière du droit constitutionnel de manifester en France,

– une enquête impartiale et indépendante sur les incidents de la rue de la Roquette

– la dissolution de la LDJ, groupe ultra-violent d’extrême-droite, déjà interdit aux États-Unis.

– et toujours l’abrogation des scandaleuses circulaires Alliot-Marie / Mercier

* Agir Contre le Colonialisme Aujourd’hui (ACCA) – Alliance for Freedom and Dignity (AFD) – Alternative Libertaire (AL) – Américains contre la guerre (AAW) – Association des Travailleurs Maghrébins de France (ATMF) – Association des Tunisiens en France (ATF) – Association France Palestine Solidarité (AFPS) – Association Nationale des Elus Communistes et Républicains (ANECR) – Association pour la Taxation des Transactions financières et pour l’Action Citoyenne (ATTAC) – Association pour les Jumelages entre les camps de réfugiés Palestiniens et les villes Françaises (AJPF) – Association Républicaine des Anciens Combattants (ARAC) – Association Universitaire pour le Respect du Droit International en Palestine (AURDIP) – Campagne Civile Internationale pour la Protection du Peuple Palestinien (CCIPPP) – Cedetim / IPAM – Collectif des Musulmans de France (CMF) – Collectif Faty Koumba – Collectif interuniversitaire pour la coopération avec les Universités Palestiniennes (CICUP) – Collectif Judéo-Arabe et Citoyen pour la Palestine (CJACP) – Collectif Paix Palestine Israël (CPPI Saint-Denis) – Comité de Vigilance pour une Paix Réelle au Proche-Orient (CVPR PO) – Comité Justice et Paix en Palestine et au Proche-Orient du 5e arrt (CJPP5) – Ensemble – Europe Ecologie les Verts (EELV) – Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives (FTCR) – Fédération Syndicale Unitaire (FSU) – Gauche Unitaire (GU) – Génération Palestine – La Courneuve-Palestine – le Mouvement de la Paix – les Alternatifs – les Femmes en noir – Ligue des Droits de l’Homme (LDH) – Ligue Internationale des Femmes pour la Paix et la Liberté, section française de la Women’s International League for Peace and Freedom (WILPF) (LIFPL) – Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples (MRAP) – Mouvement Jeunes Communistes de France (MJCF) – Mouvement Politique d’Emancipation populaire (M’PEP) – Organisation de Femmes Egalité – Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) – Parti Communiste des Ouvriers de France (PCOF) – Parti Communiste Français (PCF) – Parti de Gauche (PG) – Participation et Spiritualité Musulmanes (PSM) – Une Autre Voix Juive (UAVJ) – Union des Travailleurs Immigrés Tunisiens (UTIT) – Union Générale des Etudiants de Palestine (GUPS-France) – Union Juive Française pour la Paix (UJFP) – Union Nationale des Etudiants de France (UNEF) – Union syndicale Solidaires