Conseil de Paris : les idées du FN sont-elles déjà dans l’hémicycle ?
Partager

La préparation du Conseil de Paris d’octobre offre le spectacle navrant d’une surenchère sécuritaire de certains groupes politiques et en particulier de l’UMP. Cette semaine, le dépôt des vœux présentés au prochain Conseil de Paris le confirme. Sur fond de batailles internes en période d’investitures, l’UMP totalement décomplexée a ainsi déposé des vœux stigmatisant les « Roms », la « délinquance roumaine », « l’école internationale algérienne de Paris », demandant aussi « l’éradication de la vente à la sauvette » et davantage de caméras de vidéosurveillance. Ces vœux témoignent d’une xénophobie et d’un mépris de classe qui déshonorent l’ensemble du Conseil de Paris.

Hélas, dans quelques arrondissements, certain/es élu/es socialistes participent –dans une moindre mesure- à cette dérive inquiétante en votant ces vœux. Ambiguïtés sur les Roms, répressions des biffins, affichage sécuritaire par un vœu « anti-tags »… la course à la démagogie traverse aussi une partie de la gauche parisienne. Pour les écologistes, la gauche n’est pas à sa place lorsqu’elle déshonore ainsi ses valeurs.

« A six mois des élections municipales et dans un contexte de montée du FN largement médiatisée, ces premiers signaux  sont extrêmement préoccupants » observent Danielle Fournier et Sylvain Garel, co-président/es du groupe EELVA. « Nous appelons l’ensemble des groupes politiques à afficher haut et fort leur attachement aux valeurs démocratiques ».

Lundi 14 octobre, lors des questions d’actualité, Christophe Najdovski interpellera l’ensemble  du Conseil de Paris à ce sujet.

 

Photo : « Nous sommes Roms et nous avons les mêmes droits » (Amnesty)