Christophe Najdovski réagit au déferlement de propos de plusieurs personnalités politiques à l’égard des populations Roms.
Partager

« Je lance un appel solennel à tous les candidats pour éviter toute surenchère indigne des valeurs de la République (…) » Christophe Najdovski tient à faire part de sa grande inquiétude suite aux déclarations de plusieurs candidates aux élections municipales à Paris concernant les Roms.

Pour le candidat écologiste, parler de « harcèlement », de « reconduite à la frontière » ou de « camp géant » participe d’une stigmatisation inacceptable d’une population déjà discriminée. Les Roms sont les premiers européens. Leur histoire est celle de migrants parcourant le monde à la recherche de meilleures conditions de vie.

« Si la France n’est pas capable de réaliser un sursaut de dignité par rapport à la politique du précédent gouvernement, interpelle Christophe Najdovski, alors Paris se doit de faire honneur à sa réputation de ville lumière ouverte sur le monde. »

De la Bretagne à l’Algérie en passant par l’Argentine ou le Portugal, l’identité de Paris est liée à l’accueil de populations venues d’ailleurs.

« Je souhaite que Paris devienne une capitale exemplaire en matière d’accueil des personnes en situation de grande précarité et maintienne cette tradition d’ouverture et de générosité. » déclare le candidat aux Municipales parisiennes.

Pour Christophe Najdovski, il faut une politique alliant hébergement et accompagnement des populations roms vers les dispositifs de droit commun en matière de travail, de santé, d’emploi et de logement, et, conformément à l’engagement présidentiel, stopper les démantèlements de camps sans solutions alternatives de relogement.

« Je lance un appel solennel à tous les candidats pour éviter toute surenchère indigne des valeurs de la République et du débat démocratique qu’attendent les Parisiennes et les Parisiens. » conclut le candidat EELV.

 

Photo: Mathilde Steinauer. EELV NPDC