Aide aux transports pour les étrangers sans-papiers : Valérie Pécresse en récidive…
Partager

Alors que la Cour Administrative d’Appel de Paris a définitivement condamné le STIF/IDF Mobilités, le 6 juillet dernier, à ré-appliquer la tarification sociale dans les transports pour les étrangers précaires en situation irrégulière, les élu-es du groupe Alternative Écologiste et Sociale condamnent avec force les tentatives de Valérie Pécresse pour repousser toujours plus l’échéance et faire obstacle à la pleine application de ce jugement.

Dans un courrier communiqué aux administrateurs du STIF le 20 août dernier, le STIF fait savoir par l’intermédiaire du groupement COMUTITRES (RATP, SNCF et Optile, chargés au nom du STIF de la télébillettique en Île-de-France) qu’il lui faudrait pas moins de 13 mois pour mettre en place le forfait ouvrant droit au demi-tarif pour les bénéficiaires de l’AME (aide médicale d’Etat). De plus, Mme Pécresse ajoute un nouveau critère – illégal – qui va priver une bonne partie des ayant-droits de leur réduction transport : l’obligation de produire une déclaration fiscale.

Du jamais vu selon Pierre Serne, ancien Vice-président aux Transports de la Région Île-de-France et administrateur du STIF, auteur du recours obligeant au retour de cette tarification sociale, pour qui on joue une nouvelle fois la montre en se cachant cette fois derrière de prétendus arguments techniques. “Les délais affichés sont scandaleux et présentent un pied de nez aux usagers comme à la justice. Le STIF crée avec COMUTITRES, tous les ans, de nouveaux titres de transports en quelques semaines et il s’agit seulement ici de rétablir un tarif qui existait et fonctionnait très bien depuis 2004. Nous n’en resterons pas là, quitte à recourir une nouvelle fois à la justice pour forcer l’application complète de la loi et en accélérer la mise en oeuvre de cette mesure.” Pierre Serne a d’ailleurs fait savoir qu’il avait déposé un recours et un référé suspension pour que Mme Pécresse se plie enfin à appliquer la loi dès que possible.

Après avoir augmenté le Pass Navigo, Valérie Pécresse s’attaque au droit aux transports pour toutes et tous en tentant de détricoter progressivement l’ensemble des tarifs sociaux dans les transports en commun, s’inquiète Mounir Satouri, président du groupe Alternative Écologiste et Sociale. La droite régionale se livre à une chasse aux pauvres et aux étrangers dans les transports, visant à limiter leur droit à la mobilité et retardant d’autant leur possibilité d’insertion et d’intégration. Les aides régionales aux transports ont ainsi été rabotées de 40% depuis 2015, pour plus de 70 M€ par an !

Communiqué de presse du groupe Alternative Ecologiste et Sociale, au Conseil régionale d’Ile-de-France – 10 septembre 2018

Photo : RATP MI 79, RER B à Aulnay-sous-Bois, par Occitandu34. Wikimedias- Licence Creative Commons